Guy D'Amours

L'Attente

Spécial Tiré à part

avec dédicace de l'auteur

Suite à l'excellente critique du 21 octobre 2018 (Anne-Josée Cameron, Radio-Canada), nous avons décidé d'éditer un tiré à part du roman L'Attente de Guy D'Amours.

Pour seulement 20 $, nous offrons la possibilité à nos lecteurs d'acheter un exemplaire dédicacé à la main par l'auteur. C'est une occasion unique d'offrir un cadeau personnalisé à un être cher (qui peut être vous-même !). Nous vous offrons également les frais de livraison !

Pour profiter de cette offre, vous n'avez qu'à compléter le formulaire ci-dessous.

 

Une fois votre commande reçue, nous vous enverrons par courriel une demande de paiement.

 

Une fois le processus complété, vous recevrez un courriel de confirmation et votre livre dédicacé partira dans les 24 heures.

Promotion valide jusqu'au 10 janvier 2019.

Guy D'Amours écrit depuis l'adolescence, parce que la simplicité de l’enfance s’est mise à lui manquer, comme à tous, qui se soignent d’autres façons, par le travail, la jouissance ou le pouvoir.  [+]...

L'ATTENTE

 

L’Attente est un récit « calme et parfois triste » sur le temps qui passe, sur le feu de vivre qui ne laisse souvent que des cendres, sur les guirlandes que l’on dispose dans sa vie pour décorer le vide, sur les chaines que l’on met partout et qui finissent invariablement par se briser. Sur un enfant et un homme aussi, qui sont à la mauvaise place au bon moment, qui font tout ce qu’il faut faire sans savoir le faire et, surtout, qui attendent. Qui attendent quoi? Que quelque chose arrive, mais sans savoir quelle est cette chose. Une histoire sans noms, sans visages, que des ombres et une lumière diffuse pour les faire apparaître. Une lecture qui porte en silence, qui touche à l’humain dans ce qu’il a de plus fort et, paradoxalement, de plus fragile.

On en parle

Du même auteur

ANNE-JOSÉE CAMERON, RADIO-CANADA, 21 OCTOBRE 2018

 

« Le monde peut s'ébrouer bruyamment, des poètes en traduiront toujours la beauté, ils dépeindront une petite fleur poussant entre les pavés d'une ruelle. Ainsi en est-il du récit inclassable de Guy D'Amours, titré L'Attente. L'exaspération d'un être humain inapte à se mouvoir dans un univers frelaté. [...] Chaque page lue et tournée nous a mis en tête la phrase de Théodore Monod : « On a tout essayé sauf l'amour. » Car, c'est bien d'amour qu'il s'agit dans ce texte réflectif écrit de manière sporadique et spiralée que ne désavoueraient pas Christian Bobin, ni Philippe Delerm. Si Guy D'Amours prête à son personnage des pensées douces-amères, il évite les clichés imputables au sentiment noble qu'est l'amour. Conquête du Graal dont nous ne venons jamais à bout tant nous en cernons mal la démesure. Dans toute relation amoureuse, n'attendons-nous pas l'exception alors que nous nous élevons peu au-dessus de l'ordinaire. D'où l'attente inconsciente et rassurante que manigance le rêve. À lire un jour de pluie, un jour de brouillard à la Meaulnes. »

 

DOMINIQUE BLONDEAU, MA PAGE LITTÉRAIRE

 

 

« La vie ne serait-elle qu'une longue attente ? Une attente qui résulte d'une absence. Une absence qui creuse un grand vide. Un grand vide qui porte un nom : solitude. Une solitude accablante et à laquelle aucun de nous ne peut échapper, car elle est le propre de la condition humaine : « Tout le temps il est entre la maison et l'école, entre la solitude et les autres, entre sa vie et son attente. » Dans ce petit livre doux-amer, à travers des textes patiemment ciselés, Guy D'Amours témoigne à quel point l'attente est tristesse. Ni un roman ni un essai, ce texte est un poème. Un poème en prose qui évoque un homme dans un café, une femme enceinte, un enfant pas comme les autres, un facteur qui ne passe pas, etc. »

 

DIDIER FESSOU, LE SOLEIL

 

 

« Un petit recueil de pensées sur la vacuité de la triste attente, de celle de la femme enceinte sans désir d'enfant, de l'homme qui prie sur son banc d'église, de l'ado devant le vide, de l'homme abandonné par son amoureuse, de l'enfant qui ne sera jamais bordé par sa mère. L'attente en solitaire, l'attente partagée, complice, l'attente sous l'apparence de satisfaction. Chez l'auteur, on attend comme on cherche à échapper au cycle du tracé d'avance, au fardeau d'un quotidien qui se répète inlassablement. [...] Pour être heureux, il faudrait donc mentir. »

 

JADE BÉRUBÉ, LA PRESSE

 

 

« Si calme et parfois triste. »

 

CHRISTIAN BOBIN, AUTEUR

 

 

« Ce n'est plus un roman, c'est un poème. »

 

JEAN MARCEL, AUTEUR

 

 

« Magnifique et bouleversant. »

 

MAXIME MONGEON, AUTEUR

 

« Le roman échappe à l’art du genre en conférant un accent poétique, qui transforme la thématique de l’attente en donnée universelle de l’existence. »

 

PAUL-ANDRÉ PROULX, LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE

© 2001-2020 - Les éditions De Courberon - Tous droits réservés.